L'actualité

de l'Université de la e-Santé
3
Mar

France-USA, en 2020, la e-santé décollera-t-elle ? Éléments de réponse avec Robert CHU, fondateur et CEO d’Embleema

Université d’été de la e-santé (UEES) : Embleema est l’une des startups du numérique en santé à avoir une assise aussi bien en France qu’aux Etats-Unis. À ce titre, comment avez-vous vu évoluer l’éco-système du numérique en santé de chaque côté de l’Atlantique l’an passé ?
Robert Chu (R.C) : Aux Etats-Unis, les GAFAMs continuent à rester très actifs tous azimuts avec par exemple la mise en place de réseaux de soins par Amazon pour leurs collaborateurs et des essais cliniques pour l’Apple watch dans les maladies cardiovasculaires. Les autorités comme la FDA poussent énormément l’écosystème à innover avec des nouvelles technologies notamment pour la collecte de données en vie réelle et les Patient Reported Outcomes. En France, la mise en place d’initiatives comme le Health Data Hub est un début encourageant.

Robert Chu, fondateur-CEO d’Embleema, lors de l’Université d’été de la e-santé 2019 à Castres

UEES : Pour sa 14e édition, l’Université d’été de la e-santé entend prendre de la hauteur et propose 4 parcours : marchés, acteurs, technologies et usages. Selon vous quel est le domaine du numérique qui décollera réellement en 2020 et qui donc aura des usages forts et concrets ? Est-ce le même des deux côtés de l’Atlantique ?
R.C : En 2020, des initiatives comme les Clinical Data Networks, qui sont des réseaux de données en vie réelle et en temps réel impulsés par des patients et en collaboration avec la Food and Drug Administration, verront le jour aux États-Unis, avec des technologies comme blockchain pour le consentement des patients à partager leurs données. Les dispositifs médicaux « Software as a medical device » qui permettent de faire de la prévention et de rapprocher le patient de son réseau de soins vont beaucoup aussi se développer ici.
En France, nous pouvons espérer que le Health Data Hub commence à partager des jeux de données pour développer les start-ups en intelligence artificielle.

UEES : L’an passé, vous êtes venu à Castres-Mazamet en tant qu’intervenant, vous avez partagé vos réflexions sur les données de la santé. Cette année vous êtes membre du comité scientifique. S’il ne fallait retenir que 3 raisons pour assister à l’Université d’été de la e-santé les 30 juin et 1er juillet prochains, quelles seraient-elles ?
R.C : L’Université d’été de la e-santé est un événement incontournable par la grande qualité scientifique des présentations, la diversité des participants et intervenants – tous les acteurs patients, start-ups, industriels, régulateurs, chercheurs, juristes – sont représentés, et la vision internationale qui permet de mieux appréhender où se trouvent les best practices en numérique et de s’en inspirer.